CzechEnglishFrenchGermanPolishRomanianSlovakUkrainian

FRANCE-UKRAINE

Association – Loi de 1901

Слава Україні! Героям слава!

J’AI BESOIN D’AIDE (MЕНІ ПОТРІБНА ДОПОМОГА)

JE PROPOSE UN HEBERGEMENT POUR DES REFUGIES UKRAINIENS

JE PROPOSE MON AIDE (Я ПРОПОНУЮ СВОЮ ДОПОМОГУ)

Macron, Scholz et Draghi en visite de soutien en Ukraine, avant une décision cruciale de l’UE

Emmanuel Macron, Olaf Scholz et Mario Draghi ont promis jeudi de soutenir « sans ambiguité » l’Ukraine face à l’agression russe, lors d’une visite inédite à Kiev programmée quelques jours avant une décision de l’Union européenne sur les chances de ce pays de rejoindre le bloc européen.

Arrivé en gare de Kiev après près de dix heures de train depuis le sud-est de la Pologne, le président français, qui assume jusqu’au 30 juin la présidence tournante de l’Union européenne, a déclaré que les dirigeants étaient venus adresser « un message d’unité européenne » et de « soutien » à Kiev « à la fois pour le présent et pour l’avenir ».

Le chancelier allemand Olaf Scholz, critiqué lui pour le peu de livraisons d’armes allemandes à l’Ukraine, n’a pas fait de déclaration formelle pour l’instant. Il a indiqué que la visite visait « à manifester notre solidarité » et à « assurer que l’aide que nous organisons, financière, humanitaire, mais aussi lorsqu’il s’agit d’armes, se poursuivra aussi longtemps qu’il le faudra pour la lutte pour l’indépendance de l’Ukraine », dans un entretien au quotidien Bild accordé pendant leur voyage en train.

En visitant ensuite Irpin, une des banlieues de Kiev dévastées au début de la guerre par l’offensive russe ratée sur la capitale, le président français s’est défendu de toute « ambiguité » dans son soutien à Kiev, lui qui a été très critiqué pour avoir affirmé qu’il ne fallait pas « humilier » la Russie. « Il faut que l’Ukraine puisse résister et l’emporter » face à l’armée russe, a-t-il déclaré. « La France est aux côtés de l’Ukraine depuis le premier jour », « nous sommes aux côtés des Ukrainiens sans ambiguïté », a-t-il affirmé.

« Faites l’Europe, pas la guerre »

Comme d’autres dirigeants européens venus à Kiev avant eux, les dirigeants ont déambulé dans les rues d’Irpin, s’arrêtant devant des bâtiments détruits par les combats ou une voiture calcinée, posant des questions à leur guide, le ministre ukrainin de la Décentralisation Oleksiï Tchernychov.

Le président français s’est notamment arrêté devant un dessin sur un mur, accompagné du message « Make Europe Not War » (« Faites l’Europe, pas la guerre »). « C’est le bon message », a-t-il commenté. « C’est très émouvant de voir cela ». « Nous reconstruirons tout », a promis de son côté Mario Draghi.

A l’issue de leur visite, le président français a loué « l’héroïsme » des Ukrainiens, évoquant « les stigmates de la barbarie, « les premières traces de ce que sont les crimes de guerre. » Le chancelier allemand a lui dénoncé « la brutalité de la guerre d’agression russe, qui vise simplement à détruire et à conquérir ». « Des civils innocents ont été touchés, des maisons ont été détruites. Une ville entière a été détruite alors qu’elle ne comportait aucune infrastructure militaire », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Des centaines de civils ont été tués dans les villes d’Irpin, Boutcha et Borodianka, pendant l’occupation russe de cette région en mars. Des enquêtes internationales sont en cours pour déterminer les coupables de ces crimes de guerre dont les Ukrainiens accusent les forces russes.

« Signaux politiques clairs »

Les quatre dirigeants ont ensuite retrouvé le président ukrainien Volodymyr Zelensky au palais présidentiel, au centre de Kiev, avant une conférence de presse commune dans l’après-midi. La capitale ukrainienne a repris vie depuis le retrait russe de la région, mais est encore occasionnellement frappée par des tirs russes. Les sirènes d’alerte y retentissent fréquemment, comme cela a été le cas peu après l’arrivée des dirigeants européens jeudi.

La question d’une adhésion de l’Ukraine à l’UE devait être au coeur des discussions. M. Zelensky martèle que son pays, en défendant « les valeurs » de l’Europe face à l’agression russe, a gagné le droit de rejoindre le bloc européen, que l’UE refusait d’envisager avant le début de l’invasion russe.

Les Vingt-Sept doivent décider, lors d’un sommet les 23-24 juin, s’ils accordent à l’Ukraine le statut officiel de candidat à une adhésion, début d’un processus de négociations qui peut durer des années. La Commission européenne doit faire connaître sa recommandation vendredi.

Macron, Scholz et Draghi en visite de soutien en Ukraine, avant une décision cruciale de l’UE

par | 17/06/2022 | 0 commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A Kharkiv, on dérussifie les avenues et on en veut à Pouchkine

A Kharkiv, on dérussifie les avenues et on en veut à Pouchkine

Dans la deuxième ville d’Ukraine, il n’y a plus de place pour une artère portant le nom du « pays envahisseur », clame l’étudiant en arts Evguen Deviatka sur l’ancienne « avenue de Moscou », rebaptisée « Héros de Kharkiv », en hommage aux défenseurs de la ville.

BALADE UKRAINIENNE (de Gérard Taverne)

BALADE UKRAINIENNE (de Gérard Taverne)

Boutcha, écrin verdoyant dès l’été, Emplie d’enfants riant à satiété. Aux amitiés partagées sans pareil. Au cœur de l’hiver, de notre sommeil, L’ennemi arrive et tue le soleil…